site web El jadida
el jadida - mazagan - le portail eljadida.com
 

Accueil

Espace membres

Agenda des Evénements

Photos El Jadida

Plans interactifs

Annuaire d'El Jadida

Petites annonces

Annonces PRO

Associations

 

Actualité en photo

Galeries des membres

Météo El Jadida

Pharmacies de garde

Horaire des prières

Horaire des trains

Horaire des autocars CTM

Distances intervilles

Sondages

Devenir rédacteur

Ajouter votre association

Inscription a l'annuaire

Qui sommes nous

Recommandez-nous

Nous contacter

Publicité

Goodies

Mentions légales

A votre avis, quel symbole représente le mieux la ville El Jadida?

 

 

Résultats de ce sondage »

Tous les sondages »

Ajoutez votre email :


 

Actualits El Jadida // Arts et Culture

» Imprimer l'article

Ajout le 29 Mars 2008
Par le membre M.Amengual

 

Entre souvenir et tradition : La libération de Mazagan commémorée au collège Sidi Mohammed Ben Abdallah d El Jadida

 

Auteur : Michel Amengual

Eljadida.com

 

 

 

(Quand la culture de la culture passe par l école !...)

C était la fête, toute cette semaine, au collège Sidi Mohammed Ben Abdallah, juste a côté de la Province et du Commissariat Central d El JadidaEt une fête pas comme les autres Pardi ! On célébrait l anniversaire de la libération de Mazagan, en mars 1769 par les soldats marocains sous la bannière du sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah. Cet illustre nom a plus qu un nom, ici. Il a aussi un visage: Un portrait immense peint a la main sur les murs a l entrée et dans la cour du collège. Plus d un millier d élèves avides d en savoir plus sur celui qui a donné son nom a leur établissement, des professeurs motivés, une association de parents dynamique, le tout encadré par une équipe de direction efficaceIl n en fallait pas plus, mais c était l essentiel et l indispensable, pour donner a cette commémoration une dimension unique.

Bien s»r, il y a eu d abord une évocation historique tracée a grands traits: Aboulkacem Chebri, Directeur du Centre du patrimoine maroco-portugais a énoncé les différentes étapes de cette colonisation portugaise et de cette lutte pour la liberté, en insistant sur la nécessité de préserver les monuments qui existent encore après avoir jalonné cette histoire.

Brahim El Kalii a évoqué les réalisations de l association de la Cité portugaise qu il préside pour que cette histoire-la soit toujours vivante au cœur des Jdidi et votre serviteur a esquissé brièvement les raisons stratégiques de la présence portugaise a Mazagan et celles de son départ. Quelques élèves ont eu aussi a évoquer cette période-la, d une voix émue, en arabe et en amazigh sous les applaudissements nourris de leurs camarades.

Mais l essentiel de la manifestation résidait, m a-t-il semblé, autour de cette évocation historique: Le collège avait en effet transformé quelques unes de ses salles en véritable musée des traditions : Des élèves s appliquaient a filer ou a carder la laine, a tisser les fils, a tourner la farine pour en faire du couscous, a broder, a teinter au henné, a faire du thé ou a psalmodier comme dans les écoles coraniques, au milieu d outils et d ustensiles anciens Et le clou de la journée fut la présentation des cérémonies de mariage C était beau. Beau avec un grand B. Beau et touchant. Une élève était habillée en mariée ; un élève était habillé en marié avec tout le cérémonial, les you-you, les applaudissements, les fl»tes, les tambourins, les danses et deux jeunes cavalières, qui paradaient.

Tout cela était fait comme si c était un jour de fête. Sauf que la, on parlait culture, on montrait la culture, la vraie, celle qui ne doit jamais disparaître de nos mémoires ; Notre passé, nos traditions. Avec pas beaucoup de moyens, on est allé a l essentiel. Une volonté farouche de quelques-uns a suffi pour que tout un collège se mette au diapason de cet anniversaire de la libération de Mazagan. Une façon de ne pas oublier que des marocains sont morts par milliers pour que leur royaume recouvre son intégrité et que d autres combats restent encore a mener. Une façon aussi, essentielle, d inculquer a nos enfants, le go»t de la culture. et du respect de la mémoire. Et des traditions. « Touche pas a mon pays », lit-on inscrit sur le mur de la classe ! C est plus qu un programme, c est une conviction.

Au moment de nous séparer des organisateurs, nous avons parlé aussi d une autre culture, elle aussi essentielle. La cour de l école est grande. Il y a des arbres! Nous y ajouterons quelques caroubiersIls grandiront ainsi en même temps que les élèves.

 

 

 

Article lu 6141 fois

 

 

[ Revenir la rubrique Arts et Culture ] - [ Articles archivés ]

 

Commentaires sur cet article

 

1. ABOUSALMA DOUKKALI (29/3/2008 . Id:6501)

C'tait une vraie fte au sens large du terme. J'ai eu la chance d'y assister.
Je tiens rendre un vibrant hommage aux corps pdagogique et administratif du collge Sidi Mohamed Ben Abdellah, aux lves, l'association des parents d'lves dignement reprsente par hadj Nejdi, mais aussi et surtot madame Alaoui, enseignante qui a tout orchestr.
Un grand merci Michel, Chebri, Brahim et aux autres.
En regardant les lves de ce collge dans leurs oeuvres, je peux vous dire que notre jeunesse se porte bien.
Bravo!

2. zeinab hmama (01/4/2008 . Id:6530)

je suis une des eleves qui ont participer a ce mariage je remerci M.Amengual pour cet article c'est vrement une fiereter pour nous de lire comme c'est article merci a vous.

3. mariam (08/4/2008 . Id:6541)

c hyper magnifique ce que vous avez fait. je suis fire de toi maman.j t'adore

 

 

Hébergeur web Cloud au maroc

 

 

Hébergement web Maroc - Portail du Maroc - Bladi.net - InfosDuMaroc - Portail Etudiants - Maroc

MRE - Office Tourisme El jadida - El Jadida Bouge - Immobilier El Jadida - Hotel Marrakech- Riad Marrakech - Voyage au maroc - Riad Marrakech

BabKhouribga - Agadir - Tourisme Maroc - Sejour Maroc - Immobilier El Jadida - Bonjour Agadir

Autres partenaires - Casablanca - El Jadida

 

Top Maroc